Un Cadavre Exquis


Coécrit fièrement par Adrien Foglia et Mathieu Phan

« Un baroud d’honneur absolument pathétique, marmonna Ansem, incroyablement calme au vu de la situation. Il veut vraiment aller sur ce terrain-là ? »

Il tourna son regard méprisant vers Mori et ajouta, d’une voix toujours aussi calme :

« Fini de plaisanter, le Baron ne fait plus dans la finesse ? Très bien, moi non plus. Mori, faites ce qu’il faut pour nettoyer tout ça, il me faut rentrer.

Et vous, vous me suivez » lança-t-il à Tess sans la regarder.

Épisode 3

-

Bredouille

Tess n’osa piper mot.


Toujours abasourdie par la scène macabre et meurtrière qui venait de se jouer devant ses yeux, elle ne put mettre un pied devant l’autre qu’avec la désagréable sensation qu’un sort similaire à celui du sobrement nommé n°24 lui était réservé si elle n’obtempérait pas.

Ansem, ouvrant la marche, semblait s’être plongé dans un long monologue suintant la hargne et le mépris, mais toujours dans un calme presque malsain, sa solennité coutumière n’ayant pas disparue le moins du monde.


Tess trainait le pas, tentant tant bien que mal de se convaincre qu’elle ne ferait pas de cauchemar de cette horrible soirée durant les trois prochaines années.


Elle fut cependant arrachée de ses pensées morbides par un haussement de ton de la part de son hôte, qui ralentissait la cadence :

« Miss Palmer, siffla Ansem, toujours le regard fixé loin devant. N’espérez pas conter l’incident de ce soir dans l’un de vos torchons pour vierge acariâtre. Une simple virgule de trop, et vous finissez dans un bocal de formol, dans l’attente que je vous trouve une utilité pour mes expériences. »

Il jeta un œil par-dessus son épaule, pour vérifier si l’écrivain avait assimilé le message.


« Et je n’ai aucun bocal suffisamment grand pour vous accueillir en un seul morceau » finit-il par lâcher, reprenant sa vitesse de marche habituelle.


Ils s’échappèrent du cimetière en peu de temps. La calèche qui les avait conduits sur place les attendait, statique, devant l’immense portail qui séparait les vivants des trépassés.


Un jeune homme à la chevelure blonde et à la carrure frêle patientait docilement, confortablement installé sur le siège conducteur. En distinguant les silhouettes des deux arrivants se soustraire au périmètre du cimetière, il empoigna solidement les rennes, signalant ainsi aux chevaux leur départ imminent.


Ansem arriva le premier, suivit de près par une Tess complètement essoufflée par la marche forcée qu’elle venait de subir dans les sentiers boueux. A leur arrivée, le cocher adressa un sourire à Miss Palmer, avant d’adopter une posture droite et rigide devant son employeur.


« Maître, quelle surprise de vous voir rentrer les mains v- »


« Silence. » coupa immédiatement Ansem, avant de prendre place dans son transport.


Tess se risqua à adresser un regard se voulant réconfortant au blondinet, dont la langue venait visiblement de se désintégrer, ne laissant dans sa bouche qu’un goût de cendres.


Elle emboîta le pas de son hôte meurtrier, s’installant face à lui dans la calèche, lui réservant un de ses regards les plus noirs et inquisiteurs.


Ce dernier, quant à lui, demeurait silencieux, massant toujours aussi nerveusement son bras mécanisé. Tess ignorait par quel moyen il le lui avait été soustrait, mais les événements de la soirée la poussait à croire qu’il s’agissait d’une altercation avec le Baron ayant tourné au désavantage d’Ansem.


Loin de s’inquiéter de l’intégrité physique de son voisin, Tess soutint son regard méprisant, toujours atterrée par la cruauté dont il avait fait preuve ce soir-là.

Les roues de la calèche se heurtaient aux pavés à un rythme régulier, le fiacre parcourant de petites ruelles désertes, de manière à ce que personne ne puisse river ses yeux sur les passagers, et ainsi les identifier avec exactitude.


Manœuvre somme toute recevable aux yeux de Tess, qui n’avait nullement pour ambition d’être inculpée pour complicité de meurtre, et ainsi s’embourber ad vitam aeternam dans les affaires frauduleuses de la famille Laurent.

Observant tantôt le paysage, tantôt l’allure famélique et le visage fermé de l’homme qui lui faisait face, Tess ne put retenir son profond dégoût plus longtemps.


C’est lorsque les pavés se firent plus rares, lui laissant ainsi le loisir de s’exprimer distinctement et sans être interrompue, qu’elle se décida à rompre le silence qui commençait à rendre son angoisse palpable :


« Vous êtes un monstre », lâcha-t-elle, la gorge nouée.

Ça vous a plu ?

Vous en voulez plus ?

Vous voulez participer ?


Retrouvez-nous sur :

http://newraven.fr

Create a presentation like this one
Share it on social medias
Share it on your own
Share it on social medias
Share it on your own

How to export your presentation

Please use Google Chrome to obtain the best export results.


How to export your presentation

Un Cadavre Exquis - Épisode 3

by phanmathieu

54 views

Public - 8/7/16, 9:32 AM