Un Cadavre Exquis


Coécrit fièrement par Adrien Foglia et Mathieu Phan

C’en était trop.

Toute la rage qu’elle avait accumulée durant ces derniers mois était sur le point d’exploser, en une longue litanie ponctuée de piques et d’insultes à l’encontre de cet aristocrate arrogant.

Cette escapade dans le cimetière, cette flaque de vomi devant elle, et les remarques aussi désobligeantes qu’incessantes de son hôte finirent d’achever le peu de contrôle qu’elle conservait sur sa frustration. Elle allait faire comprendre à cette espèce de crétin prétentieux ce qu’il en coûte de se moquer de Tess Palmer, journaliste de renommée internationale.

Elle prit une profonde inspiration :

« Ansem, vous êtes vraiment la pire des en- »

Clac !

Épisode 2

-

Un Cadavre impromptu

Elle fut interrompue par les deux sous-fifres de son interlocuteur, qui n’avaient pas attendu que « Miss Tess » ait fini de ressasser sa rage pour ouvrir le précieux cercueil à coup de pied de biche.

Elle en eut le souffle et la parole coupés.

Le couvercle du cercueil glissa lentement sur le côté et s’écrasa contre le sol moite dans un silence troublant.

Entre-temps, Ansem avait fait fi de l'ébauche d'insulte de Tess et avait sorti un étui de cuir noir, à la fois sobre et élégant. Il en extirpa une paire d’épaisses lunettes aux verres teintés. Les artifices qui les ornaient suggéraient que leur usage était réservé à une tâche minutieuse.

Elles rendaient son regard imperceptible, et son allure d’autant plus inquiétante.

Il s’approchait désormais du cercueil, invitant la jeune journaliste à l’imiter.

Même si l’odeur de putréfaction était bien là, nulle dépouille ne résidait au sein du cercueil. A l’intérieur, un unique bras gauche en état de décomposition avancée trônait sagement, enroulé à la va-vite dans un film plastique.

Perplexe devant le spectacle promis, Tess reporta son attention sur Ansem, lui lançant un regard interrogateur.

Elle le vit gratter nerveusement -et inutilement- sa prothèse mécanique, remplaçant le membre fraîchement retrouvé. Il étouffa un juron et l’expression à la fois enfantine et perverse qu’il avait l’instant précédent avait totalement disparue.

« Vous aurez encore besoin d’un coup de main avec tout –» 

BAM !

Ansem, toujours muet et fulminant de rage, avait cru à une plaisanterie de « Pas Mori » n°24 -Mori avait le don de trouver des assistants certes très compétents, mais qui ne savaient pas travailler silencieusement- et avait dégainé son revolver pour loger une balle entre les deux yeux du malheureux, dont le corps sans vie s’était mollement écrasé aux côtés du couvercle.

Il avait fait tout ceci avec une lenteur froide et maîtrisée, sans lui adresser le moindre regard ; regard qui était d’ailleurs toujours planté sur la partie de son être qui lui faisait défaut.

Il avait fait tout ceci avec une lenteur froide et maîtrisée, sans lui adresser le moindre regard ; regard qui était d’ailleurs toujours planté sur la partie de son être qui lui faisait défaut.

Sa colère ne faisait que croître à mesure qu’il l’observait.

D’un violent geste de sa main valide, il arracha ses lunettes avant de se rappeler leur valeur et les rangea délicatement dans la poche intérieure de sa veste, à côté de son arme.

Tess, toujours interdite et muette de stupeur, était quant à elle assaillie d’un sentiment d’incompréhension et de refus. Pour la première fois, elle assistait à un meurtre commis de sang-froid, dans l’indifférence la plus totale, et dont l’auteur n’aurait sans doute jamais à s’expliquer devant la justice.

Le silence et la violence de l’exécution de ce pauvre hère, sans nom ni identité aux yeux d’Ansem, réveillait chez elle ce profond sentiment d’impuissance qui lui collait à la peau depuis qu’elle était dans le sillage de ce psychopathe.

Elle ne pouvait croire que les derniers mois passés avec cet Ansem avaient été vains. Toutes ces enquêtes, cette abnégation, et ce voyage au fin fond de la capitale qui n’avaient mené qu’ici : un cimetière lugubre et abandonné, théâtre de la plus grande déception de sa vie. C’est la mine affligée que Tess enfouit sa rancoeur et son amertume dans les tréfonds de son esprit.

Les vibrations sonores de la détonation s’étaient évanouies, rendant aux morts un environnement plus calme pour leur repos.

« Un baroud d’honneur absolument pathétique, marmonna Ansem, incroyablement calme au vu de la situation. Il veut vraiment aller sur ce terrain-là ? »

Il tourna son regard méprisant vers Mori et ajouta, d’une voix toujours aussi calme :

« Fini de plaisanter, le Baron ne fait plus dans la finesse ? Très bien, moi non plus. Mori, faites ce qu’il faut pour nettoyer tout ça, il me faut rentrer.

Et vous, vous me suivez » lança-t-il à Tess sans la regarder.

Ça vous a plu ?

Vous en voulez plus ?

Vous voulez participer ?


Retrouvez-nous sur :

http://newraven.fr

Create a presentation like this one
Share it on social medias
Share it on your own
Share it on social medias
Share it on your own

How to export your presentation

Please use Google Chrome to obtain the best export results.


How to export your presentation

Un Cadavre Exquis - Épisode 2

by phanmathieu

165 views

Public - 6/6/16, 2:41 PM