Un Cadavre Exquis


Coécrit fièrement par Adrien Foglia et Mathieu Phan

Épisode 1

-

Le Cercueil

Tchak ! Tchak !

La quiétude habituelle du cimetière était, en cette nuit sans lune, perturbée par les impacts de pelles s’abattant dans un fracas de bruit mort sur la terre mouillée. L’humidité ambiante facilitait la fouille, et les fossoyeurs improvisés sauraient rendre grâce à l’orage de la veille pour la peine qu’il leur épargnait ce soir.

Surplombant le travail harassant de ses agents de fortune, Ansem battait la mesure de leur labeur, le regard perdu dans le vague, suivant sans sourciller le déroulement des opérations. Il leva la main, ses doigts grêles écartés, pour annoncer le crescendo final de son œuvre morbide, prédisant que les outils de ses collaborateurs allaient bientôt rencontrer un obstacle digne d’intérêt. Passé un court instant, il ferma le poing, triomphant.

Tchak !

Première fausse note. Arquant un sourcil, et prenant son air le plus désappointé possible, il fit un pas en avant en direction de la tombe en proie au pillage, se penchant légèrement en avant de manière à ce que l’homme à la pelle qui y résidait puisse deviner sa présence.

« Monsieur Mori ? Le temps s’enfuit. Je ne tiens pas à ce que l’obscurité disparaisse avant nous, il serait donc judicieux que vous accélériez la cadence», lâcha-t-il, sèchement.

Son interlocuteur planta son instrument profondément dans le sol et leva la tête pour mieux appréhender le sourire faussement aimable qui lui était adressé. C’est dans un râle -accompagné d’un regard torve- qu’il fit signe à son collègue profanateur de redoubler d’efforts, désignant son poignet nu comme si une montre y était attachée. D’un geste, il reprit son outil, et le travail.

Visiblement satisfait, le chef d’orchestre reporta son attention sur les alentours : les tombes laissées à l’abandon et la moisissure rampante n’offraient guère une vue digne de sa stature, mais il saurait s’en accommoder, du moins pour cette nuit.

Cette chasse à la relique n’avait que trop durée, et le visage anguleux d’Ansem laissait transparaître son excitation, mêlée d’un soupçon de nervosité. Son regard finit par se poser sur sa la femme à ses côtés, Tess, qui demeurait silencieuse, un rictus ulcéré plaqué sur son visage.

« Le spectacle vous plaît ? s’enquit-il. Votre enthousiasme n’est pas communicatif. »

La jeune femme le fusilla du regard, avant de travestir son visage d’un simulacre de sourire.

« Je tâcherai de vous rappeler les bienfaits de la crémation, quand vous aurez à répondre de vos exactions. », déclara-t-elle, le plus calmement du monde.

Ansem balaya la remarque d’un revers dédaigneux de la main.

« Je porte la chaleur humaine en horreur, Miss. Je vous promets que ce petit manquement aux règles de bienséance sera bien v- »

Clac !

Au son creux, il s'interrompit immédiatement. Une seconde plus tard, un beuglement inaudible -le collègue de Mori, sans doute- vint confirmer que les fossoyeurs avaient trouvé quelque chose.

Se précipitant au-dessus de la fosse, Ansem y découvrit un cercueil sombre en bois d’ébène rehaussé de fioritures dorées et sali par un séjour relativement long six pieds sous terre.

Esquissant un sourire, tant satisfait que carnassier, il singea des applaudissements enjoués.

« Merveilleux, merveilleux. Remontez-moi ça immédiatement. Le spectacle va pouvoir commencer. »

Supervisés par un Ansem extatique, les deux profanateurs s’affairaient à sortir le cercueil avec autant de soin qu’ils ont été élevés, cognant le bois précieux contre la terre pauvre.

Incommodée par les odeurs de chair en décomposition qui s’échappaient de brèches toutes fraîches dans le cercueil, Tess réprima un relent de son déjeuner, cuisiné ce midi par Ansem lui-même.

A la vue de la mine déconfite de sa comparse, il ne put s’empêcher un commentaire caustique :

« Vous savez ma chère, si vous n’aimiez pas la moutarde, il aurait été pertinent de m’en faire part » lui lança-t-il en remarquant la flaque jaunâtre apparue juste aux pieds de Tess, cette dernière masquant maladroitement sa bouche d’une main tremblante.

Il lui lança un autre de ses sourires tordus et ajouta :

« J’espère tout de même que vous passez une bonne soirée ? »

Tess le fusilla du regard.

C’en était trop.

Toute la rage qu’elle avait accumulée durant ces derniers mois était sur le point d’exploser, en une longue litanie ponctuée de piques et d’insultes à l’encontre de cet aristocrate arrogant.

Cette escapade dans le cimetière, cette flaque de vomi devant elle, et les remarques aussi désobligeantes qu’incessantes de son hôte finirent d’achever le peu de contrôle qu’elle conservait sur sa frustration. Elle allait faire comprendre à cette espèce de crétin prétentieux ce qu’il en coûte de se moquer de Tess Palmer, journaliste de renommée internationale.

Elle prit une profonde inspiration :

« Ansem, vous êtes vraiment la pire des en- »

Clac !

Ça vous a plu ?

Vous en voulez plus ?

Vous voulez participer ?


Retrouvez-nous sur :

http://newraven.fr

Create a presentation like this one
Share it on social medias
Share it on your own
Share it on social medias
Share it on your own

How to export your presentation

Please use Google Chrome to obtain the best export results.


How to export your presentation

Un Cadavre Exquis - Épisode 1

by phanmathieu

130 views

Public - 5/26/16, 3:07 PM