Un Cadavre Exquis


Coécrit fièrement par Adrien Foglia et Mathieu Phan

La crainte qu’elle inspirait l’avait dotée d’une foi en ses capacités qu’elle croyait inébranlable, et son regard s’était rapidement tourné vers l’origine de la pourriture qui envahissait alors New Raven.

Ansem Laurent, Le Baron, le maire Denero, autant de noms qui lui apparaissaient alors comme des articles à écrire, et des têtes à faire tomber.

Elle allait les balayer tels des insectes, et redonner à New Raven le visage qu’elle méritait.

Et maintenant, elle était là, seule, à pleurer sur un lit démesurément grand, drapé de velours, qui lui avait été gracieusement prêté par son hôte.

Épisode 6

-

Se relever

Elle avait pour seule compagnie une photographie négligemment laissée sur la table de chevet qu’elle l'avait dépoussiérée à son arrivée.

Elle y avait découvert le portrait d'Ansem, au regard fuyant, se tenant devant l'Alexandretta aux côtés de trois autres personnes qui lui étaient inconnues : un homme au regard sombre appuyé sur une canne, ainsi qu'un couple au large sourire. Elle avait passé de longues heures à l’étudier, sans grand succès.

C’est en tant que Tess Palmer qu’elle s’était présentée au maître de la famille Laurent, dans le but d’infiltrer ses rangs et débusquer la moindre information qui pourrait compromettre sa puissance acquise par le crime et les trafics.

Mais, à présent qu’elle mesurait l’ampleur et les conséquences de sa témérité, et surtout de sa vanité. Elle se sentait piégée, enfermée dans une cage aux barreaux dorés : il avait décidé de faire d’elle son jouet.

Depuis qu’il avait compris que Plume d’Ombres se cachait derrière le visage angélique de Tess Palmer, il n’avait fait que la manipuler et disposer d’elle comme bon lui semblait.

Elle était devenue, à contre cœur, sa biographe attitrée, et de fait la spectatrice désemparée de ses machinations.

Elle voulait en apprendre plus sur la « Grande Famille Laurent »?

Elle en avait désormais pour son argent : Ansem lui avait ouvert les bras pour mieux les refermer ensuite, lacérant son égo et exposant ses nerfs à la froideur de sa répartie caustique.

Plongée dans ses pensées, elle n’entendit pas le claudiquant Bartholomew qui approchait.

« Le Maître a fini de préparer le repas, dit-il avec une voix traînante. Il vous attend dans la salle à manger. »

« Merci Bart, répondit une Tess ravalant un dernier sanglot, dites-lui que j’arrive d’ici dix à quinze minutes, je ne suis pas visible ».

« Vous allez bien Madame ? Vous semblez pâlotte et tremblante. Voulez-vous que je vous porte le repas dans votre chambre ? »

Il avait toujours été d’une gentillesse bienveillante avec elle, sûrement le seul depuis des mois. Tess l’appréciait beaucoup pour ça ; sous son apparence repoussante elle voyait un coeur en or et n’avait jamais vraiment compris pourquoi il continuait à travailler pour Ansem.

« Je ne lui ferai pas ce plaisir ! Je me change et j’arrive ! » Dit-elle, ragaillardie par cette pensée.

Le majordome exécuta une révérence exagérée, à la limite du grotesque, avant de tourner les talons et de partir, prenant soin de fermer la porte derrière lui.

Tess se redressa péniblement et s’extirpa de sa couche, traînant sa carcasse désabusée jusqu’à sa coiffeuse.

Laissant tomber ses coudes sur la surface plane du meuble de bois, l’éminente journaliste s’autorisa une brève audience, pour contempler dans le miroir ce que la vie s’était appliquée à faire de sa personne.

Elle observa ce visage marqué, fatigué, ces yeux soulignés à l’encre noir ; encre qui parcourait désormais ces joues creuses, puisque mêlée à ses larmes.

Un soupir pour seul commentaire, rien de plus. S’armant de courage, de volonté, et d’une lingette démaquillante, cette poupée éraflée allait bientôt redevenir la Plume d’Ombres.

Elle le devait.

« Pour la fierté, le bon goût, et ce fils de garce ! », s’autorisa-t-elle à clamer, tout en ravivant les flammèches de sa coquetterie.

Tandis que le grincement de la porte achevait d’annoncer sa venue prochaine, Tess s’élança élégamment dans les escaliers en colimaçon qui séparaient sa chambre du reste du manoir.

Elle déambula au travers des nombreux couloirs qui la coupaient des lieux de vie de la bâtisse, où la lumière était rare, et le silence bruyant.

Ce n’est qu’arrivée devant la double porte de la salle de réception qu’elle commença à ouïr les conversations de ses occupants.

Au moment où elle finissait de rassembler son courage pour faire irruption dans la pièce, la porte s’ouvrit d’elle-même, laissant apparaître un individu dégingandé au teint cireux.

Vesmer.

Scribouillard corrompu de la gazette locale, et larbin de la famille Laurent. Ce sinistre individu avait pour occupation première de maquiller les méfaits de son maître.

L’homme adressa un sourire jauni par le tabac et la négligence à la jeune femme, avant de réajuster son veston grisâtre de ses mains calleuses et de se diriger en toute hâte vers la sortie.

Tess n’eut pas le temps de lui rendre la politesse, et entra dans la vaste salle.

Ça vous a plu ?

Vous en voulez plus ?

Vous voulez participer ?


Retrouvez-nous sur :

http://newraven.fr

Create a presentation like this one
Share it on social medias
Share it on your own
Share it on social medias
Share it on your own

How to export your presentation

Please use Google Chrome to obtain the best export results.


How to export your presentation

Un Cadavre Exquis - Épisode 6

by phanmathieu

23 views

Public - 8/30/16, 8:29 PM