Agriculture biologique et circuits courts

 de distribution

Contexte français :

La France est en pointe en Europe dans le développement de circuits courts, qui associent agriculteurs et consommateurs, loin devant la Suisse, les Pays-Bas et l’Allemagne qui la suivent en nombre de consommateurs concernés. L’agriculture biologique poursuit également son essor : 21 nouvelles fermes en bio se créent ou s’y convertissent chaque jour. Deux mille associations de maintien de l’agriculture paysanne (Amap) y ont été recensées en 2015 par le mouvement Miramap. Elles fournissent fruits et légumes « équitables » en circuits courts à environ 320 000 personnes. C’est davantage que partout ailleurs en Europe, et dix fois plus qu’en Allemagne ou en Italie.

Les régions les plus en pointe sont l’Île-de-France, Rhône-Alpes et Pays-de-la-Loire. La dynamique est également forte en Aquitaine, PACA, Midi-Pyrénées et Bretagne comme le montre la carte ci-contre réalisée par Miramap.


Contexte européen :

Des partenariats de ce type existent dans les autres pays européens, sous d’autres appellations (Community Supported Agriculture en anglais). L’Allemagne, par exemple, connaît actuellement une explosion des initiatives de ce type similaire à celle connue en France il y a 10 ans, souligne Jocelyn Parot. Mais au sein de l’Union européenne, la France apparaît comme le pays le plus structuré.

Menace :Pour se prémunir des tentatives de récupération commerciale – des entreprises d’achat-revente proposent par exemple jusqu’à 30 000 « paniers » en Californie ! –, une Déclaration européenne de l’agriculture soutenue par les citoyens a été adoptée en septembre 2016 afin de réaffirmer des principes communs.


AMAP :

La création de la première Amap en France remonte à 2001, en périphérie d’Aubagne, par deux agriculteurs proches de l’association altermondialiste Attac. L’objectif : prouver que les fermes de proximité peuvent s’en sortir tout en permettant à des consommateurs d’acheter des aliments de qualité. En évitant la grande distribution, ce système permet d’approcher le prix le plus juste, à la fois pour le producteur et pour les consommateurs. Ceux-ci peuvent s’informer facilement de la manière dont leurs aliments sont cultivés ou élevés, les agriculteurs s’engageant à leur ouvrir leurs fermes. Toutes les exploitations membres d’une Amap ne sont pas en bio mais s’engagent à pratiquer une agriculture « respectueuse des hommes, de l’environnement et de l’animal ».


20% de croissance du marché bio :

L’agriculture biologique, qu’elle soit ou non en circuits courts, connait parallèlement une forte expansion malgré les dénigrements dont elle a longtemps fait l’objet (à relire : L’agriculture biologique prise au piège de la grande distribution). Fin septembre, l’Agence Bio a annoncé une progression de 20% de croissance du marché bio en France entre 2015 et 2016. Elle estime que les terres consacrées au mode de production bio dépasseront la barre des 1,5 million d’hectares, soit plus de 5,8% de la surface agricole utile. Les disparités restent cependant importantes entre territoires. Et le soutien politique à cette alternative est inégal, comme le montre cette carte.




Agriculture Urbaine

Expérimentations et innovations agricoles :


Potager en libre-service, ferme urbaine ou micro-ferme, en parcelles partagées, sur des toitures urbaines...

Des collectifs, associations et start-up prouvent que cultiver autrement est possible !

A petite échelle, des initiatives citoyennes et solidaires.

Des fermes urbaines atypiques

Au-delà d’apporter un peu de verdure ainsi que des fruits et légumes aux personnes qui les cultivent, ces potagers, tout comme les jardins partagés, participent du développement de l’agriculture urbaine à plus grande échelle. Avec un même défi : produire des végétaux en ville, dans des espaces confinés, en intérieur, dans une cave ou même un parking !


Les Incroyables Comestibles

Mouvement spontané et solidaire, né en 2008 à Todmorden, en Angleterre. Frappées par la crise économique, deux habitantes décident de cultiver des légumes devant chez elles, sur un bout de trottoir. La récolte est bonne et très vite, la nouvelle se répand que les deux dames autorisent les passants à se servir dans leur potager improvisé ! L’initiative fait rapidement des émules et débarque en France. Le mouvement est déjà implanté dans des dizaines de communes françaises.

Les partenaires

Incroyables Comestibles France ; Vergers Urbain (Ville comestible)

Acteurs du Paris Durable ; CAP ou pas CAP ; Colibris Paris ; Femmes Semencieres ; jardinons-ensemble ; kokopelli ; la boutique sans argent

le mouvement Colibris ; OuiShare ; plantcatching ;

Prends-En De La Graine ! – Paris ; toits vivants ; UpCyCly ; Transition Paris 12 ; Grainotheque ; Graine de Jardins ; Hologramme

Citizen Farm

A Toulouse, la start-up Citizen Farm a ainsi installé la première ferme urbaine française en aquaponie. Elle repose sur la combinaison ingénieuse d’une serre et d’un aquarium, le tout hébergé sur et dans un container. La serre, au dessus du container, produit les fruits et légumes du potager, cultivés dans un substrat de billes d’argiles. Et l’eau de l’aquarium, dans le container, fournit aux plantes les nutriments issus des déjections d’une quarantaine de poissons. « Avec cette ferme, nous voulons montrer qu’il est possible de subvenir aux besoins en fruits et légumes d’une famille de quatre personnes pendant un an », explique son fondateur, Pierre Oswald.


Create a presentation like this one
Share it on social medias
Share it on your own
Share it on social medias
Share it on your own

How to export your presentation

Please use Google Chrome to obtain the best export results.


How to export your presentation

New presentation

by nikoliclinda

3 views

Public - 11/25/16, 4:32 PM